×

Cette recherche est sponsorisée par Zenith

Rechercher dans :
Favre-Leuba - Interview de Thomas Morf, CEO

Favre-Leuba Interview de Thomas Morf, CEO

Innovation technique et rapport qualité-prix sont les maîtres mots de la renaissance de l’historique marque Favre-Leuba.

Dites-nous comment est née la nouvelle collection Favre-Leuba et comment vous comptez faire progresser la marque.
Je connais la marque depuis 1972, depuis l’âge de huit ans. Je l'ai toujours admirée, avec d'autres grandes marques. Tout ce que nous faisons aujourd’hui est fondamentalement identique à ce qui a fait la grandeur de la marque depuis ses premiers jours et se résume en trois points: un design fort, une technologie innovante et la valeur perçue. C'est très simple, et de nombreuses marques revendiquent ces lignes directives, mais peu d'entre elles peuvent réellement les soutenir. Les réalisations de la marque sont éloquentes et nous essayons de construire un pont vers le passé et l'apogée de la marque.

Nous avons découvert la nouvelle collection à Baselworld, et depuis lors, vous l'avez présentée dans le monde entier. Comment a-t-elle été accueillie ?
En général, les gens apprécient ce que la marque a fait pour l'industrie horlogère suisse. Ils aiment aussi ce qu'ils voient. Ce que nous leur présentons n’est pas ordinaire et nous leur montrons que nous redoublons d’effort. Si vous regardez notre catalogue et notre packaging, vous verrez que nous prenons tout très au sérieux. C'est ce qui distingue Favre-Leuba des autres marques. Nous ne pouvons pas encore hurler avec les plus gros loups, mais nous y parviendrons peut-être dans une vingtaine d’années. Je pense qu'avec la direction que nous suivons, nous y arriverons.

Vous vous attelez à redévelopper la marque au moment même où l'ensemble de la vente au détail et de la distribution se transforme. Comment comptez-vous relever ce défi particulier?
Nous avons besoin d'une solution hybride. D'une part, il nous faut des détaillants avec des magasins pour amplifier notre message. D’autre part, nous ne fermons pas les yeux sur le commerce en ligne. Nous pouvons déjà compter sur d’importants détaillants qui, dès qu’ils ont commencé à recevoir les modèles Bivouac, les ont vendus, ce qui est un signe très positif. Nous souhaitons également utiliser dans une certaine mesure les canaux en ligne, mais je veux d'abord construire l'image de la marque. Je pense que les ventes suivront ensuite.

Interview de Thomas Morf, CEO

Bivouac 9000 © Favre-Leuba

Favre-Leuba a une histoire riche. Possédez-vous du matériel historique et comment envisagez-vous de l'utiliser?
Nous possédons une belle quantité d'informations sur l'histoire de la marque. Mais nous en recueillons aussi beaucoup de musées et même de particuliers. Parfois, des personnes qui ont travaillé pour la marque, et qui sont aujourd’hui âgées de 90 ans, viennent frapper à notre porte. De plus, nous sommes toujours en contact avec des membres de la famille Favre qui peuvent fournir beaucoup d'informations. Ils sont fiers du retour de la marque et y voient l'ambition sous-jacente. Nous rachetons également certaines montres et nous réparons toutes les montres historiques de la marque que nous recevons. Nous sommes au service des clients et voulons qu’ils restent fidèles à la marque.

Verrons-nous Favre-Leuba à Baselworld compte tenu de tous les récents changements?
Oui! Nous sommes une marque suisse traditionnelle et nous soutenons Baselworld. Je ne vais pas dépenser des millions pour un stand de trois étages mais nous serons de nouveau aux Ateliers avec le même stand. Je ne déteste pas le fait que Baselworld ait réduit le nombre d'exposants car je pense que le salon y gagne en qualité. Ces salons sont chers mais il n’y en a pas tous les jours. Peut-être faudrait-il changer et ne le faire que tous les deux ans. Pourquoi faut-il lancer de nouveaux produits chaque année? Les clients attendent-ils vraiment cela de marques en soi relativement conservatrices?

La marque

Favre-Leuba est la deuxième plus ancienne marque horlogère suisse. Elle trouve ses origines dans l’atelier d’Abraham Favre au Locle, dont la première mention remonte à 1737.

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >

Vous aimerez aussi