X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Trilobe

Rechercher dans :
SIHH
Watches & Wonders Geneva - Patrimoine, avenir et jeunesse

Watches & Wonders Geneva Patrimoine, avenir et jeunesse

Fabienne Lupo, Présidente et Directrice Générale de la Fondation de la Haute Horlogerie, revient plus en détail sur le nouveau concept « In the City » qui sera inauguré lors de Watches & Wonders Geneva 2020.

A la mi-octobre, la Fondation de la Haute Horlogerie dévoilait la nouvelle formule du SIHH, ainsi que le nom auquel il faudra s’habituer dorénavant, le Salon de la Haute Horlogerie de Genève ayant été rebaptisé Watches & Wonders Geneva. Le nouveau concept « In the City » méritait quelques explications supplémentaires que Fabienne Lupo a bien voulu nous fournir.

L’ouverture de Watches & Wonders 2020 au grand public est-elle la principale nouveauté de la nouvelle formule ?
Oui et non. Car le virage vers l’ouverture au grand public avait déjà été amorcé il y a trois ans. N’oublions pas que depuis 2016, le SIHH ouvre ses portes pendant une journée au public. Mais effectivement, la nouvelle formule de Watches & Wonders Geneva s’articule autour de deux axes – le Salon de Palexpo, orienté vers une cible professionnelle et vers les clients invités des marques, et la partie « In the City », qui se veut une fête de l’horlogerie au cœur de la ville de Genève et destinée au grand public. 

Mais le public pourra-t-il encore venir à Palexpo ?
Oui, sur réservation et moyennant une finance d’entrée plus élevée que jusqu’à présent – le ticket coûtera CHF 300.- Mais le public aura accès à l’ensemble des services et de l’hospitalité du Salon - et notamment la restauration - et à un accueil nouveau qui aura été pensé et organisé pour lui.  Nous nous sommes rendus compte que le visiteur qui n’est pas invité par une marque se sent un peu perdu dans le Salon, ne sait pas nécessairement où se rendre, et n’ose pas  entrer dans les stands. L’idée est de l’accompagner et de le guider avec des parcours jalonnés de points forts à ne pas manquer. Il n’y aura plus de jour fixe dédié au public, mais les visiteurs pourront venir quand ils le souhaitent pendant les cinq jours d’ouverture du Salon. Nous sommes conscients qu’avec ce prix d’entrée, nous ne recevrons pas une foule de visiteurs, mais notre but est également d’accueillir des visiteurs réellement intéressés par l’horlogerie, par une visite du Salon, et qui auront l’opportunité de le faire dans des conditions optimales. 

Patrimoine, avenir et jeunesse

© SIHH 2019

Pour un plus large public, il y aura donc « In the City » ?
Exactement. C’est le principe du «hors les murs», qui existe à Milan, par exemple, avec le Salone del Mobile, où la ville entière fête le design. Paradoxalement, Genève, berceau de l’horlogerie, n’avait pas d’événement grand public autour de l’horlogerie. Ce sera dorénavant chose faite. Nous allons profiter de l’éclairage du Salon pour transporter l’horlogerie dans la ville, à la rencontre du grand public, et notamment des jeunes, afin de leur présenter les produits, leur expliquer les métiers de l’horlogerie et les carrières qu’il est possible d’embrasser. L’horlogerie peut avoir une image un peu poussiéreuse, mais il s’agit en fait d’une industrie extrêmement moderne, innovante et dynamique, tout à fait apte à alimenter les rêves de carrière des jeunes. La question de la formation et de la relève est une vraie préoccupation et le rôle de la Fondation de la Haute Horlogerie est aussi de porter le message de la transmission des savoirs et de la culture horlogère, notamment auprès de la jeunesse.  En outre, nous sommes en train de travailler sur un projet pour mobiliser les écoles.

Cette idée de la fête de l’horlogerie en ville n’est pas sans rappeler le concept de la Biennale du Patrimoine horloger.
Complètement. C’est un peu le même principe, mais qui va même au-delà. Nous souhaitons parler de l’avenir, de ce qui se passe actuellement dans les départements Recherche & Développement, de l’innovation. Bien sûr, nous allons parler du patrimoine et ouvrir les portes des manufactures et des boutiques. Mais nous voulons aussi amener les manufactures, les horlogers, les métiers de l’horlogerie, l’innovation, et jusqu’aux projets de « social responsibility » des marques à la rencontre du public afin qu’ils soient mieux compris. 

Quelles marques seront concernées par le projet « In the City »
Les mêmes que celles qui exposent au Salon, soit une trentaine,  car il s’agit d’un seul et même événement, ayant lieu dans deux périmètres différents. Mais en ville de Genève, nous aurons aussi les institutions horlogères partenaires, comme le Musée d’Art et d’Histoire, le Grand Prix d’Horlogerie de Genève,  Timelab, l’Ecole d’Horlogerie de Genève, la HEAD ou encore le Musée Patek Philippe, ainsi que des détaillants comme Bucherer ou les Ambassadeurs.

Vous aimerez aussi