X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Raymond Weil

Rechercher dans :
FHH et Michelangelo Foundation - « Talents Rares »

FHH et Michelangelo Foundation « Talents Rares »

La Fondation de la Haute Horlogerie et la Michelangelo Foundation ont mis sur pied une exposition dédiée aux métiers « rares » dans leur nouveau bâtiment du Pont de la Machine.

Fraîchement installées sur le Pont de la Machine, la Fondation de la Haute Horlogerie et la Michelangelo Foundation ont renommé leur partie du bâtiment « Arcades des Arts » : « ce nom est arrivé assez naturellement parce que « arcades » reprend le concept des arches en façade du bâtiment, qui a été construit en 1843 sur le Rhône, et puis « arts » car nous célébrons les arts horlogers, les arts appliqués, mais aussi les métiers d’art au sens large », explique Fabienne Lupo, directrice de la Fondation de la Haute Horlogerie et co-directrice de la Michelangelo Foundation.

« Talents Rares »

Alberto Cavalli et Fabienne Lupo © WorldTempus/Joy Corthésy

Dans ce décor flambant neuf, les deux fondations ont uni leurs forces pour créer une exposition d’exception intitulée « Talents Rares », défi qu’elles ont relevé haut la main. Cette exposition a été pensée dans un but précis, celui de préserver les métiers dit « rares » en les présentant aux jeunes générations, ce qui pourrait créer des vocations et perpétuer ces savoir-faire. « « Rare » qualifie une personne qui décide qu’un métier d’excellence ne doit pas disparaître parce que la beauté du geste mérite encore d’être transmise ; « rare » représente le fait d’être le seul à exercer un métier sur un territoire vaste ; « rare » caractérise une femme qui fait un métier généralement réservé aux hommes et vice-versa ; « rare », c’est trouver le courage de se regarder avec authenticité et de se dire qu’on veut faire un certain métier non répandu », explique Alberto Cavalli, co-directeur de la Michelangelo Foundation et curateur de l’exposition. « Dans les châteaux et les musées, il y a toujours ces galeries de portraits où ceux-ci nous regardent avec leurs yeux et nous disent : " le temps passe mais, nous, nous persistons, et, vous, vous êtes là pour nous regarder et vous souvenir de nous et de ce que nous avons fait. " Alors, j’ai cherché à imaginer une galerie de portraits contemporaines qui présente ces " talents rares " à travers un film qui raconte leur vie, leur vision et leur métier… Pour ce faire, il était nécessaire de présenter des histoires authentiques, car l’authenticité et la vérité touchent le cœur des personnes. » 

« Talents Rares »

Exposition « Talents Rares » © WorldTempus/Jordy Bellido

Je peux vous garantir que mon cœur a été touché, et ceci s’est produit en trois étapes, correspondantes aux trois types de support que la FHH et la Michelangelo Foundation ont mis en place. Dans le but de comprendre les créations des quinze artisans européens mis en lumière, l’exposition repose sur des films de courte durée (3 min.) qui introduisent ces « talents rares » et dont la narration est effectuée par les protagonistes en question (les films sont sous-titrés en français et en anglais, en plus de la voix des artisans audibles grâce à un casque audio). Au total, 15 portraits sont à découvrir pour une durée totale de 45 min. Ne vous m’éprenez pas en pensant que la durée de la visite sera longue car ce n’est absolument pas le cas ; cette exposition passe à la vitesse de l’éclair. En effet, grâce au travail du jeune réalisateur suisse Thibault Vallotton, qui a duré cinq mois environ (trois pour filmer et deux pour monter), dès les premières secondes de chaque portrait nous sommes emportés dans l’univers de ces « talents rares », notamment grâce à la proximité que l’on ressent à leur égard. Ainsi, il est notamment possible de découvrir l’art de l’émaillage, de la peinture miniature ou encore de la marqueterie. 

« Talents Rares »

Emaillage, marqueterie et peinture miniature © WorldTempus/Jordy Bellido

« Talents Rares »

© WorldTempus/Jordy Bellido

A ce support audiovisuel, qui constitut la pièce maîtresse de l’exposition, viennent s’ajouter deux autres moyens de présentation. Le second fait un pas supplémentaire vers la réalité : il s’agit de la réalité augmentée. Grâce à un casque, il est possible de s’immerger dans les ateliers de trois des artisans présentés, dont celui de l’émailleuse Anita Porchet, qui affirme qu’il « a été reconstitué de façon tout à fait identique » à celui de son parrain et qui représente « un lieu de calme, de beauté et de protection. » C’est d’ailleurs grâce à ce parrain et son atelier qu’Anita Porchet est devenue émailleuse. Grâce à cette expérience, l’exposition devient encore plus forte et personnelle.

« Talents Rares »

Deux des « talents rares » : Philippe Dufour et Anita Porchet © WorldTempus/Joy Corthésy

Le troisième support, quant à lui, permet de s’ancrer complètement dans la réalité à travers l’aspect matériel. En effet, au sein de cette exposition, certaines œuvres des artisans sont exposées. De manière progressive, le processus de création expliqué à travers les films aboutit sur une présence physique des œuvres ainsi élaborées, en passant par un entre-deux via la réalité augmentée ; la continuité dans le processus de création est donc complète, ce qui pousse le visiteur à se sentir plus impliqué dans chaque étape de création.

La diversité des supports employés pour présenter ces métiers dits « rares » constitue par conséquent un réel atout dans la mise en valeur du travail des 15 artisans, car elle permet aux visiteurs de partir sur un souvenir fort de ces « talents rares ».

Voici les informations dont vous avez besoin :
Lieu : Arcades des Arts, Pont de la Machine 1, Genève
Date : Du 30 janvier au 25 mars 2020, du Mardi au samedi de 11h à 19h
Prix : Entrée libre

Pour plus de renseignements, rendez-vous ici.

Lecture 1 commentaire(s)

19 Février 2020
david Favre-félix
Belle exposition! J'ai particulièrement apprécié le portrait de Philippe Dufour un homme autant passionné que passionnant! Quel génie!