×

Cette recherche est sponsorisée par Baume & Mercier

Rechercher dans :
EPHJ - Montres classiques VS connectées

EPHJ Montres classiques VS connectées

Et si les jeunes n’étaient pas si emballés par les smartwatches que l’on pouvait le croire ? Une étude suisse démontre à ce sujet le goût des jeunes en matière de montres.

Le salon EPHJ-EPMT-SMT se tenait la semaine dernière à Genève, attirant plus de 20'000 visiteurs professionnels. Ce salon, vitrine de l’excellence des secteurs de la haute précision, accueille les entreprises suisses et internationales qui travaillent dans la micro et nanotechnologie pour tous les domaines d’application, comprenant notamment l’aéronautique, l’automobile, l’optique, l’automatisation robotique ou encore l’horlogerie. Pour ouvrir le bal, le salon organisait une conférence sur l’attrait des jeunes Suisses pour l’horlogerie. 

Ce sondage, effectué par l’institut de recherche MIS Trend, est basé sur un échantillon de 1014 Suisses, âgés de 16 à 25 ans.  51% de cet échantillon sont des hommes, les 49% restants des femmes. La région linguistique a également été prise en compte, répartissant ainsi 475 Suisses romands pour 539 Suisses alémaniques. 

Parmi les orateurs du jour figuraient Xavier Comtesse, ancien directeur romand du Think Tank « Avenir Suisse », Joachim Ziegler, CEO des boutiques Les Ambassadeurs, Jean-Daniel Pasche, président de la Fédération de l’industrie horlogère suisse (FH), Servan Peca, journaliste au Temps et Joël Laplace, community manager à Watchonista. 

EPHJ

Bien que le chocolat, les montagnes et le franc suisse figurent parmi les trois symboles les plus emblématiques représentant la Suisse aux yeux de ces jeunes, les montres arrivent tout juste derrière, avant la précision suisse et les banques. Mais en ce qui concerne les moyens d’obtenir l’heure, le résultat est, non sans grande surprise, décourageant ! Le téléphone mobile pointe en tête avec 98%, suivi par les horloges avec 72%, les montres classiques avec 61%. Les montres et bracelets connectés arrivent, eux, en sixième et septième positions avec moins de 10%.

Le résultat est intéressant. Le téléphone portable passe avant les montres, classiques ou connectées. Cependant, les jeunes Suisses s’intéressent à l’horlogerie et leur désir de posséder un jour une montre classique est bel et bien présent. Comme le note Xavier Comtesse, « c’est normal de s’intéresser aux montres. La montre est non seulement un marché francophone, mais il est également sur notre territoire. Tout le monde a quelqu’un de sa famille ou entourage qui travaille dans le milieu de l’horlogerie, de près ou de loin. On est obligé de s’y intéresser ». 

Mais alors, les montres connectées sont-elles l’avenir ? Pour le moment, ni l’Apple Watch, la Samsung Gear et compagnies n’ont réussi à conquérir le cœur des jeunes Suisses. 60% d’entre eux se déclarent ainsi peu ou pas du tout intéressés par les smartwatches. Verdict sévère ! Et particulièrement surprenant. Joël Laplace, âgé lui-même de 25 ans, déclare que « les jeunes Suisses sont attachés à la belle mécanique, certes, mais au niveau mondial, l’intérêt pour les smartwatches est très grand » ! Ce à quoi répond de manière rassurante Joachim Ziegler : « Le côté positif des montres connectées auprès des jeunes, c’est le fait qu’ils portent un objet au poignet qui leur permet de lire l’heure. Qu’elles soient fashion, connectées, qu’importe ! Plus tard, ils porteront une « vraie » montre ».

Montres connectées VS montres classiques

Ainsi, un jeune Suisse sur cinq manifeste de l’intérêt pour les montres connectées, et de manière tout à fait logique, ils ne sont pas plus nombreux à déclarer vouloir en acquérir une. Et il faut notamment prendre en compte que l’attrait pour les montres connectées réside dans la connexion de la montre à un smartphone ou d’autres appareils qui les attirent particulièrement. 

Le constat est très clair. À l’heure actuelle, les montres connectées ne suscitent pas le même intérêt que les montres classiques auprès des jeunes Suisses : à valeur égale, plus des trois quarts des jeunes opteraient pour une montre classique. La montre classique reste donc reine dans le monde de l’horlogerie.