×

Cette recherche est sponsorisée par Girard-Perregaux

Rechercher dans :
Baselworld
Baselworld 2017 1/2 - L’empire des montres et bijoux contre-attaque

Baselworld 2017 1/2 L’empire des montres et bijoux contre-attaque

Les temps changent ? Baselworld aussi ! Le Disney World de l’horlogerie célèbre son siècle d’existence et affirme son pouvoir de séduction.

Si Baselworld détient le record mondial toutes catégories confondues du rapport le plus élevé entre la taille des produits (quelques centimètres carrés) et celle des stands (jusqu’à 1500m2 sur trois ou quatre niveaux), l’effort démesuré dans la construction de ces derniers vaut à lui seul le détour. Aucune autre industrie n’investit autant dans l’aménagement et la réalisation de stands aussi somptueux : aquarium géant intégré à la structure au-dessus de l’accueil, Formule 1 suspendue au mur, rivière de brillants recouvrant l’intégralité des parois, parterre de galets feng shui tout autour du stand, sans parler de la pléthore de stars du cinéma, de la musique, du sport et de la mode arpentant les ambassades des marques soigneusement délimitées pour l’occasion par des cordons de sécurité. Avec près de 150'000 visiteurs attendus du 23 au 30 mars 2017, la sécurité est un enjeu majeur. D’autant que l’an passé, la pièce la plus chère exposée en vitrine atteignait tout de même les 55 millions de francs. Lorsque le salon s’ouvre au public le jeudi après la journée réservée à la presse, c’est un membre du Conseil fédéral suisse qui l’inaugure. Ainsi le jeudi 23 mars, le vice-président du Conseil fédéral Alain Berset participera au coupé de ruban. Ce fin connaisseur du 12e Art avait déjà séduit la communauté horlogère lors de son discours pendant la cérémonie de remise des prix du Grand Prix d’Horlogerie de Genève en 2015.

Ce qui se passe à Bâle…

Ce qui fait dire à certains exposants, avec ou sans soirée bien arrosée en compagnie bien carrossée, que « ce qui se passe à Baselworld reste à Baselworld ». Or, le nombre de ces exposants s’élève tout de même à 1500, bon an mal an, répartis dans plusieurs halles totalisant environ 140’000m2 d’exposition. Toute l’industrie s’y retrouve, en amont et en aval des producteurs de montres, et de bijoux. C’est une mine d’or pour René Weber, senior analyst de la banque Vontobel et auteur du célèbre rapport annuel de Vontobel sur l’horlogerie, qui y passe trois jours à discuter avec les responsables des marques et les principaux détaillants. S’il existe d’autres salons horlogers et joailliers en Amérique, en Asie, en Europe, au Moyen-Orient, et même en Suisse, cette écrasante prédominance est unique. Très justement, son organisateur MCH Swiss Exhibitions en déduit que « la force de Baselworld réside dans sa capacité à réunir une industrie mondiale en un même lieu, le salon se réjouit d’offrir une telle concentration et est fier de sa capacité à s’adapter aux besoins de l’industrie ». A en croire la majorité des marques qui y exposent cependant, c’est en fait l’industrie qui s’adapte à Baselworld, tellement le salon est incontournable pour l’ensemble des acteurs de la branche horlogère. Non seulement les détaillants de tous les continents viennent y prendre leurs commandes, mais également les médias du monde entier (4000 représentants !). Parmi eux, WorldTempus est d’ailleurs fier de faire partie des trois seuls sites habilités à retransmettre en direct la conférence de presse inaugurale depuis trois ans (rendez-vous mercredi 22 mars à 11h).

Suivre le dossier Baselworld 2017 sur http://fr.worldtempus.com/dossier/baselworld-2017-32