X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par OMEGA

Rechercher dans :
MIH - Compte à rebours

MIH Compte à rebours

Le MIH ouvrira ses portes le mardi 12 mai permettant aux acquisitions 2019 de briller au grand jour.

A l'occasion de la réouverture du MIH

Outre des objets de première importance historique et technique, les acquisitions 2019 font la part belle à l'enrichissement des collections documentaires qui constituent souvent, pour le public, une face cachée du musée. Le nouveau numéro de la revue Le Carillon, bulletin annuel édité en commun par le MIH et les amis MIH, est également dévoilé à cette occasion.

Jalon de la domestication du quartz

Une horloge ASTRO-CHRON vient compléter à merveille les acquisitions 2018 et la collection du musée en matière de recherche fondamentale dans le domaine des garde-temps à quartz. Cette horloge de table rare est l'une des premières dotées d'un mouvement à quartz destinées à un usage privé. Développée par Junghans à la fin des années 1950, elle fait l'objet de bon nombre de brevets entre 1963 et 1968.

Son mouvement est très différent de ce qui se trouve à l'intérieur d'un garde- temps à quartz moderne : le quartz est installé dans un cylindre de verre et le mouvement bénéficie d'un oscillateur électronique visible, assurant ainsi le fonctionnement continu de l'aiguille des secondes (caractéristique atypique d'une horloge à quartz). La technologie de cette horloge, ses finitions haut de gamme et son prix très élevé pour l'époque (785 marks) jouent peut-être en défaveur de son succès commercial, mais en font aujourd'hui un objet recherché et un jalon indiscutable de l'histoire horlogère.

Compte à rebours

Pendule de table Junghans Astro-chron, 1967 © MIH, V. Savanyu

Un tour de cadran en 6 heures

Une horloge italienne, tout aussi rare mais bien plus ancienne, a également été acquise par le MIH en 2019. Cette pendulette en fer, dont la date 1721 est gravée sur le châssis, possède un cadran de six heures. Elle a précédemment fait partie de la Justice Warren Shepro Collection. Elle est particulièrement rare en raison de son petit format et de son indication des minutes. On trouve généralement des horloges à cadran italien sur des édifices publics, mais celles-ci n'ont qu'une aiguille des heures réalisant quatre tours de cadran en une journée. Introduit par l'Église catholique au XIIIe siècle, ce type de cadran italien est resté en usage jusqu'à ce qu'il soit remplacé par l'horloge de 12 heures après l'invasion napoléonienne du pays.

Compte à rebours

Horloge italienne à 6 heures, 1721 © MIH, V. Savanyu

Horloge astronomique

Acquisition plus volumineuse: une pendule astronomique de parquet, don de la Haute École pédagogique de Saint-Gall, fabriquée par Werner Anderegg en 1977. Ce maître horloger originaire de Nesslau en Suisse alémanique fait partie de la cinquième génération d'horlogers de sa famille. Tout au long de sa vie, Anderegg a construit 38 horloges astronomiques qui sont toutes répertoriées dans l'ouvrage Astronomische Uhren. Le cadran de cette pendule astronomique représente la carte du ciel sur laquelle sont gravées plus de 600 étoiles.

Cette plaque de cuivre fait une rotation complète en 23 heures et 56 minutes, durée qui correspond à celle d'un jour sidéral. La ligne d'horizon et l'écliptique sont, elles, gravées sur une plaque de verre acrylique fixe située au-dessus du cadran métallique. Anderegg a réalisé cette pendule compliquée sur la base d'un mouvement Le Castel cal. R-200 qu'il a modifié selon les spécifications astronomiques désirées. En outre, il lui a ajouté un mouvement de sonnerie à carillon Westminster. Cette pendule impressionnante rejoint celle exposée dans l'espace Ciel du musée depuis 1997.

Compte à rebours

Horloge astronomique, Werner Anderegg, 1977 © MIH, V. Savanyu

Rareté chaux-de-fonnière signée Paul Ditisheim

De l'Allemagne à l'Italie en passant par la Suisse alémanique, retour en terre neuchâteloise d'une montre rare signée Paul Ditisheim (1868-1945) à La Chaux-de-Fonds. Cette pièce a été repérée dans une petite maison de vente aux enchères allemande et fait partie des plus grandes réalisations techniques de cet horloger et savant hors du commun. Elle porte le numéro 51335 et date de 1917/1918.

Ce garde-temps est doté d'un échappement à détente et à force constante, selon un dessin de J.-Aug. Pettavel, ancien directeur de l'École d'horlogerie de Fleurier. Il semble que cet exemplaire soit le seul jamais réalisé dans un format de montre de poche (diamètre 53,7 cm). Si, malgré ses avantages, l'échappement à force constante n'a pas été employé davantage c'est que sa construction est délicate et compliquée, et par conséquent coûteuse. Il présente aussi l'inconvénient d'absorber une force considérable. Il en résulte donc un exemplaire probablement unique que le MIH est fier d'avoir pu acquérir.

Compte à rebours

Montre de poche avec échappement à force constante, Paul Ditisheim, 1915 © MIH, V. Savanyu

Acquisitions également en 2D

Outre des objets de première importance historique et technique présentés plus haut, les collections documentaires se sont particulièrement enrichies. Un important fonds d'archives de presse du magazine horloger Europa Star portant sur la période 1969-2019, a rejoint les collections. Les archives d'entreprises ne sont pas en reste avec un lot de correspondances d'un fabricant de Villers- le-Lac avec ses fournisseurs suisses (1902-1912), de la documentation de divers sous-traitants, et, portant sur une période récente, les archives de la Manufacture Vincent Bérard (1990-2006).

Compte à rebours

Huguenin Frères © MIH, V. Savanyu

Une exposition et une réouverture attendues

L'exposition 'Nouvelles acquisitions' sera visible jusqu'au 28 février 2021 pour rendre hommage aux nombreux donateurs et aux membres des amisMIH qui permettent l'accroissement continuel des collections. Compte tenu du contexte actuel, son vernissage sera programmé ultérieurement. L'équipe du MIH se mobilise pour pouvoir offrir au public une visite la plus sereine et la plus complète possible, à compter du 12 mai, tout en tenant compte des prescriptions sanitaires fixées par l'OFSP et des recommandations de l'Association des musées suisses (AMS). Certaines adaptations et restrictions seront dès lors inévitables. Le MIH invite les visiteurs à s'informer au préalable des conditions de visite sur son site www.mih.ch.

Le Carillon

Le Carillon, bulletin annuel du MIH et des amsiMIH, sort de presse à la même occasion. Ce 46e numéro, préfacé par la Directrice de l'Office fédéral de la culture Isabelle Chassot, met l'accent sur le rôle que joue le MIH dans la préservation du patrimoine horloger immatériel, dont une inscription sur la Liste représentative de l'UNESCO pourrait survenir d'ici la fin de l'année. Le Carillon est disponible au MIH ou sur demande à l'adresse amismih@ne.ch.