X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Schwarz Etienne

Rechercher dans :
GMT Magazine
GMT Magazine - L’horlogerie en 2002*, c’est sport !

GMT Magazine L’horlogerie en 2002*, c’est sport !

Pour sa troisième année d’existence, GMT navigue dans une industrie qui pèse 10 milliards de francs, loin des sommets qu’elle atteindra dans la deuxième décennie du troisième millénaire.

Et pourtant, elle flirte déjà avec les étoiles : sollicités par l’agence spatiale européenne, des chercheurs de l’observatoire de Neuchâtel ont mis au point une nouvelle technologie pour concevoir un chronomètre ultraprécis destiné à équiper d’horloges une trentaine de satellites de positionnement. Coïncidence, c’est un cadran en météorite que présente Rolex au salon de Bâle pour sa nouvelle Oyster Perpetual Cosmograph Daytona en or gris.


L’horlogerie en 2002*, c’est sport !

GMT Magazine 2002 © GMT

Symboles de réussite

C’est aussi cette année palindrome que choisit GMT pour lancer son hors-série annuel de grand format, l’iconique XXL, qui met l’accent sur la haute horlogerie et la promeut auprès de la clientèle estivale, souvent venue du Moyen-Orient à cette époque. Cartier fait la Une du premier numéro.

Watchmaking in 2002* was all about sports!

GMT XXL © GMT

Co-fondateur de GMT, Pierre Jacques ne sait pas encore qu’il deviendra plus tard CEO de cette marque de niche hyper esthétique qui naît au même moment : De Bethune. Durant le SIHH, Roger Dubuis en met plein la vue en inaugurant sa nouvelle manufacture high-tech de 3000m2 à un jet de pierre de celle de Chopard, poursuivant son essor fulgurant. Même son de cloche durant le WPHH voisin, où Franck Muller fête le 10e anniversaire de sa société et présente le Tourbillon Révolution, annonciateur d’une distinction au Grand Prix d’Horlogerie de Genève. Ce dernier sacre Patek Philippe, qui décroche l’Aiguille d’Or pour sa montre-bracelet Ciel Lune, Réf. 5102 (voir ci-dessous).


L’horlogerie en 2002*, c’est sport !

GMT Magazine 2002 © GMT

De l’autre côté de la planète, Louis Vuitton profite de la Louis Vuitton Cup à Auckland pour se jeter à l’eau en tant qu’horloger. Le chronométreur officiel de la Louis Vuitton Cup lance une collection complète de montres, la fameuse Tambour. A ses côtés, Audemars Piguet crée la Royal Oak City of Sails pour Alinghi, Omega dédie une Seamaster à l’America’s Cup et une à Team New Zealand, et TAG Heuer joue la carte américaine avec une Aquaracer pour Oracle. Plus au nord près de l’archipel des Iles Mariannes, Bell&Ross bat le record du monde d’étanchéité avec son Hydomax, testée dans la fosse abyssale la plus profonde du monde (11’100m), Challenger. Préférant les exploits aériens, Longines célèbre le 75e anniversaire de la première traversée de l’Atlantique sans escale par Charles Lindbergh, alors équipé d’une Longines. Destinée aux pilotes mais aussi aux hommes qui assument leur virilité, IWC conçoit une Grande Montre d’Aviateur de 46mm de diamètre, avec grande date et réserve de marche de 7 jours.


L’horlogerie en 2002*, c’est sport !

GMT Magazine 2002 © GMT

Pour les sportifs à l’aise dans tous les éléments, Jaeger-LeCoultre sort le grand jeu sur le terrain de la robustesse en présentant sa Master Compressor survitaminée. Ses concepteurs l’ignoraient sans doute alors, mais aujourd’hui encore elle conserve tout son attrait esthétique, intemporel et puissant. Moins radicale, Vacheron Constantin sort son chronographe sportif Royal Eagle. C’est le design automobile que privilégie Cartier cette année-là avec le lancement de sa collection Roadster, équipée de bracelets interchangeables en cuir et acier.


L’horlogerie en 2002*, c’est sport !

GMT Magazine 2002 © GMT

La haute horlogerie s’affirme

Interviewé par GMT, François-Paul Journe vient tout juste de concevoir le premier mouvement automatique à disposer d’une réserve de marche conservant une précision chronométrique de 5 jours, logé dans son Chronographe Octa. « Le tournant a véritablement été pris en 1999, sans autre facture que celui de la maturité des clients », dit-il. « Dans les années nonante, il y avait environ 500 collectionneurs dans le monde aptes à comprendre et acheter des grandes complications. Aujourd’hui il y en a 10 fois plus. La valeur intrinsèque de la montre compliquée de qualité est reconnue, et il existe maintenant une clientèle qui va au-delà de la montre pour s’intéresser à l’horlogerie pure ».


L’horlogerie en 2002*, c’est sport !

GMT Magazine 2002 © GMT

La même qui convoite la voûte céleste animée au-dessus de Genève, reproduite sur la montre Ciel Lune de Patek Philippe lauréate du GPHG. Cette montre astronomique brevetée se distingue par un système de disques saphir superposés tournant à des vitesses différentes et créant un magnifique effet de profondeur. Le fond du ciel est représenté par un disque en verre saphir bleu intégré à une roue reflétant le mouvement angulaire de la lune, qui entraîne un rouage planétaire représentant les phases de lune à travers un guichet rond. Le troisième disque, au-dessus, intégré à une roue dotée de 356 dents, est en verre saphir transparent et comporte la carte des étoiles sur sa face supérieure et la Voie lactée sur sa face inférieure. Ces trois disques sont protégés par la glace saphir de la montre, sous laquelle une ellipse d'or délimite la portion de ciel visible au-dessus de Genève.

Chaque manufacture apporte sa pierre à l’édifice de cette haute horlogerie revigorée. Après avoir fait honneur au 200e anniversaire de l’invention du tourbillon l’année d’avant, Breguet décline sa collection en trilogie célébrant l’art, la femme et la haute joaillerie. Se définissant elle-même comme une marque créant « des montres d’hommes que les femmes adorent », Girard-Perregaux leur dédie sa Grande Dame Vintage 1945 Petite Seconde et Date automatique avec calibre de manufacture GP3200. Chopard déroule le tapis rouge à sa collection L.U.C dévoilée une année plus tôt : elle fait la Une de GMT avec sa première montre équipée d’un GMT, la L.U.C GMT à double barillet et indicateur 24h et jour nuit à 6h, et présente en parallèle la seule montre au monde avec mouvement de forme tonneau à remontage automatique et micro-rotor décentré, la L.U.C 6.96 certifiée COSC.


L’horlogerie en 2002*, c’est sport !

GMT Magazine 2002 © GMT

Dans un tout autre style, De grisogono lance un pavé dans la marre : l’Instrumento Doppio au boîtier extractible et rotatif, mesurant 36x60mm pour 18mm d’épaisseur ! Pour la première fois, un double affichage analogique est associé à un système d’aiguilles passant au travers de la masse oscillante. Quant à Antoine Preziuso, imaginant sans doute son futur Tourbillon des Tourbillons, il déclare à propos de ce qu’il envie aux grandes marques : « beaucoup plus qu’un département marketing, ce serait plutôt une cellule R&D. J’aimerais beaucoup pouvoir disposer d’un groupe d’experts à qui je puisse soumettre des idées, en discuter, puis leur déléguer des projets ».


L’horlogerie en 2002*, c’est sport !

GMT Magazine 2002 © GMT

La semaine prochaine : l’horlogerie en 2003.

*Pour son 20e anniversaire en 2020, GMT résume chaque semaine en exclusivité pour WorldTempus l’essentiel de son contenu paru année après année, en 20 chapitres chronologiques. L’information n’est de loin pas exhaustive et se rapporte à des extraits. Pour une vision plus approfondie de ces deux dernières décennies d’horlogerie, commander le livre The Millennium Watch Book réalisé par GMT et WorldTempus appuyés par une vingtaine d’experts témoins de cette période incomparable.

WorldTempus vous offre ci-dessous le GMT du printemps 2020 à télécharger.

L’épopée Octo Finissimo

Téléchargez gratuitement  le no 66 de GMT

Vous aimerez aussi