X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Trilobe

Rechercher dans :
WorldTempus Newsletter
Édito - Le contrecoup

Édito Le contrecoup

Quand votre public adoré se révolte.

 

Dire que nous avons vu plusieurs montres controversées cette année serait un euphémisme. Cela n'a probablement aucun impact sur l’acheteur lambda d'une montre, mais pour ceux d'entre nous qui sont plongés dans le monde de l’actualité et des commentaires horlogers, 2019 fut l’année des montres de la discorde.

Je sais. Les fans peuvent devenir très possessifs par rapport à l’objet de leur passion. Ils ont l'impression d'y avoir investi beaucoup de temps et d’émotions et ne manquent pas de s’exprimer haut et fort lorsqu'ils jugent que leur investissement n’a pas été payé en retour.

Comparés à la tempête de protestations qui a éclaté après la dernière saison de Game Of Thrones, les dragons cracheurs de feu déchaînés de la série semblent bien dociles. Beaucoup de gens se sont sentis personnellement offensés quand George Lucas introduisit Jar Jar Binks dans la saga Star Wars. Si Twitter avait existé à l'époque, on parie que la vague de railleries et d'indignations enflammées dirigées contre La Menace Fantôme aurait pu anéantir une flotte entière d’Etoiles de la Mort.

Et avant que vous ne pensiez que ce genre de droit des fans est un phénomène moderne, sachez que le créateur de Sherlock Holmes, Sir Arthur Conan Doyle, fut inondé de plaintes en 1893 (une femme l'aurait même attaqué dans la rue) après avoir fait mourir son célèbre détective dans Le Dernier Problème. Toute ma sympathie va au magazine qui publia à l’époque cette tragique histoire : il perdit 20'000 abonnés dans l’opération. La première du Sacre du Printemps d'Igor Stravinsky, jouée à guichets fermés et pour laquelle le public avait acheté ses billets au double du prix normal, tourna au chaos quand ce même public manifesta sa désapprobation face à cette prestation très avant-gardiste. Les différentes factions de critiques culturels commencèrent par se quereller entre eux avant de diriger leur colère contre le malheureux orchestre.

C'est normal, mais j’aimerais savoir si c'est justifié. Quelles sont les limites de la critique, en particulier lorsque que son objet est perçu comme quelque chose de très raffiné, comme les montres ? En tant qu'individus, nous avons le droit d'exprimer nos opinions, de préférence de manière civilisée et raisonnable. En tant que fans, peut-on s’attendre à ce que les créateurs prennent en compte nos réactions et nos questions, et jusqu’à quel point ?

Je n'ai pas la réponse, mais il s'agit de poser les bonnes questions pour engendrer un vrai débat. Qu’en pensez-vous ?

Lecture 1 commentaire(s)

4 Novembre 2019
Stéphane TENCER
Un peu langue de bois tout de même ou habile tour de passe-passe! règle n° 1, ne pas prendre le risque de choquer les marques clientes qui auraient pu faire l'objet de ces controverses enflammées. Alors on ne les cite pas ce qui fait perdre tout intérêt à cet édito. Alors pourquoi ce titre aguicheur qui fait plouf? En espérant que vous aurez le courage de publier ce commentaire ou serais-je l'objet de la même DISCRÉTION? Pendant que j'y suis quand ferez-vous votre métier de journaliste en relatant l'aventure Code 41?
13 Novembre 2019
Worldtempus
Merci pour votre commentaire ! Nous vous avons contacté via votre adresse e-mail enregistrée pour répondre directement à vos préoccupations. Nous vous souhaitons une bonne journée !