X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Longines

Rechercher dans :
Edito - De la poche au poignet

Edito De la poche au poignet

Nous connaissons tous l'histoire de la première montre-bracelet... ou peut-être pas ?

Dans la seconde moitié de 1812, l'Europe a été secouée par les dernières agonies des guerres napoléoniennes. En octobre, l'empereur français et sa Grande Armée quittent Moscou, vaincus par la politique de la terre brûlée des généraux du tsar et par la capacité de l'armée russe, semblable à une hydre, à se régénérer en un nombre encore plus immense après chaque engagement. Leur chemin de retour fut une marche décourageante et démoralisante, puisqu'ils furent obligés de revenir par le chemin qu'ils avaient emprunté, face à des paysages ravagés et poursuivis par l'hiver russe - connu sous le nom de général Snow en raison de sa formidable capacité à vaincre les adversaires étrangers de la Mère Russie. Napoléon se hâta devant ses troupes, d'une part pour rallier une défense intérieure en France contre une invasion russe redoutée et d'autre part pour calmer les murmures de la cour sur cette ignominieuse défaite. Il laisse son maréchal de confiance et beau-frère Joachim Murat, roi de Naples, en charge de la retraite, qui s'achève le 14 décembre 1812.

Une semaine plus tard, le 21 décembre, une montre fabriquée par le célèbre horloger Abraham-Louis Breguet fut livrée à l'épouse de Joachim Murat, Caroline, née Bonaparte - Grande-duchesse consort de Berg et Clèves, comtesse de Lipona, et reine consort de Naples et de Sicile. À une époque où le continent tout entier connaissait des flux politiques et sociaux massifs, la nouvelle montre de Caroline Murat semait les graines de sa propre révolution horlogère.

Qu'est-ce qui a fait de cette montre - une pièce exceptionnellement fine et compliquée - un artefact pionnier ? La montre N° 2639, comme la montre de Caroline Murat était connue dans les archives de Breguet, est la première montre-bracelet haut de gamme que nous connaissions. Notez bien : ce n'est pas nécessairement la première montre-bracelet, mais c'est la première montre-bracelet d'une importance horlogère sérieuse.

On dit que le philosophe et mathématicien français Blaise Pascal (1623-1662) portait sa montre de poche au poignet pour des raisons de commodité. Dans l'Almanach du Dauphin de 1772, il est fait mention de montres-bracelets vendues à Paris, dans les locaux d'une entreprise horlogère du 6e arrondissement. Cependant, il s'agissait très probablement de simples montres de poche avec des bracelets en cuir spéciaux à fixer sur le bras, comme c’était le cas pour la montre de Pascal. Un exemple contemporain de ce type de montre transformée peut être vu sur le poignet d'un cavalier, comme l’atteste une gravure présentant la tentative du comte de March (qui a ensuite succédé au titre de marquis puis de duc de Queensberry); tentative qui consiste à tenter de gagner un pari en 1750 pour couvrir la distance de 19 miles dans un carrosse à quatre roues en moins d'une heure. Bien que la gravure ne soit pas particulièrement axée sur les détails de la montre, on peut supposer qu'elle est simple - on se doute bien que, même pour un membre des classes aristocratiques du XVIIIe siècle, aussi épris de paris frivoles et de dépenses inconsidérées, attacher une montre coûteuse à un cavalier pour être mis en pièces par une course record à Newmarket Heath serait absurde. La montre de la reine Caroline, cependant, était une véritable œuvre d'art horloger - une montre à répétition très fine et oblongue avec thermomètre et cadran argenté guilloché, logée dans un boîtier en or guilloché - qui était destinée dès le départ à être portée au poignet.

On connaît l'existence d'autres montres à bracelet à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, mais il s'agissait essentiellement d'articles de haute joaillerie qui comportaient une fonction de chronométrage. Le moyen par lequel la montre de la reine Caroline était fixée à sa personne était d'une importance secondaire par rapport à la montre elle-même : il s'agissait d'un "bracelet tressé relativement simple tissé avec du fil d'or", contrairement au bracelet orné de perles et d'émeraudes avec une délicate indication de l'heure insérée qui appartenait à la belle-fille de l'impératrice Joséphine, la princesse Augusta de Bavière.

L'histoire a l'habitude d'être peu aimable dans son évaluation des femmes de haut rang. L'impératrice Wu Zetian, la reine Catherine de Médicis et Lucrèce Borgia, entre autres, ne sont que quelques-unes des femmes qui ont exercé une influence politique considérable à leur époque et qui ont été vilipendées par les historiens contemporains comme étant des monstres peu féminins, avides de pouvoir et aux appétits sexuels douteux. La reine Caroline Murat était également considérée comme une Jézabel intrigante par nul autre que son propre frère Napoléon Bonaparte, qui refusait de croire que le roi de Naples l'avait volontairement abandonné aux forces européennes alliées contre la cause impérialiste. « Murat ! Mon beau-frère ! en pleine trahison ! Je savais bien que Murat était une mauvaise tête, mais je croyais qu’il m’aimait; c’est sa femme qui est la cause de sa défection … Caroline ! ma sœur ! me trahir ! », aurait été la réaction virulente de Bonaparte au traité de capitulation de Naples avec les Autrichiens. Mais même sans revisiter l'histoire, nous pouvons comprendre le rôle qu'elle a joué dans notre expérience moderne de la haute horlogerie. Le fait de connaître d'autres exemples de montres-bracelets n'y change rien. Au contraire, cela nous permet de mieux l'apprécier.

 

Vous aimerez aussi

La marque

Inspirée par un patrimoine exceptionnel d’archives, conservées en Suisse et à Paris, riche d’une tradition ininterrompue, la Maison Breguet innove sans relâche et se doit d’être toujours en avance sur son temps.

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >