×

Cette recherche est sponsorisée par Chanel

Rechercher dans :
Emile Chouriet - Quand l’émotion mène la danse

Emile Chouriet Quand l’émotion mène la danse

Emile Chouriet est partenaire du Prix de Lausanne. Pourquoi la maison genevoise s’intéresse-t-elle à la danse ?

Elles sont peu nombreuses les marques horlogères suisses qui s’investissent dans le monde de la danse. Les sports de toutes sortes fournissent l’opportunité à de nombreuses marques de s'afficher dans les stades ou le long des circuits et de répercuter leur visibilité à la télévision. La musique et le cinéma sont également le terrain de choix de maisons horlogères plus tournées vers la culture. Mais les associations dance-horlogerie restent confidentielles, et à part Jaquet Droz, presenting partner exclusif du Béjart Ballet Lausanne, ou Richard Mille, qui avait signé avec le danseur et chorégraphe français Benjamin Millepied, les exemples de partenariat sont rares.

Raison de plus pour se pencher sur les raisons qui ont poussé Emile Chouriet à devenir partenaire du Prix de Lausanne au début de cette année. La proximité géographique, qui place Lausanne à une soixantaine de kilomètres de la manufacture genevoise, a joué un rôle important pour l’horloger, sans compter que la réputation et le prestige du Prix de Lausanne irradient dans le monde entier. Mais danse et horlogerie partagent aussi une proximité artistique, comme le souligne Sophie Depéry, directrice artistique chez Emile Chouriet, qui raconte la naissance de ce partenariat, fruit aussi d’un coup de coeur : « L’idée du partenariat avec le Prix de Lausanne s’est fait au gré de rencontres. Nous y avons vu un pont entre nos deux disciplines, faites d’esthétisme. La danse est un milieu passionnant et nous avons eu un vrai coup de cœur. C’est un monde auquel nous nous sentons proches : esthétisme, doigté, savoir-faire, discipline et art sont des mots qui conviennent aussi bien à la danse qu’à l’horlogerie. » Dans la continuité de l’esthétisme surgissent les émotions que tout art génère. « La danse transmet les émotions, par son côté spectacle sur scène », poursuit notre interlocutrice. « L’horlogerie aussi est souvent une affaire d’émotions, mais celles que l’on peut ressentir à la vue d’un mouvement mécanique restent peu visibles. La danse elle met l’émotion en scène, la révèle et la rend accessible. »

Quand l’émotion mène la danse

De l’Incabloc® aux entrechats
Cette double passion d’Emile Chouriet pour l’horlogerie et la danse trouve des échos dans la création même du Prix de Lausanne. En effet, le « meilleur concours de ballet du monde » est né en 1973 sous l’impulsion de Philippe Braunschweig. Passionné de danse classique, il avait aussi reçu l’amour de la mécanique horlogère en héritage de son père, à qui l’on doit le système Incabloc® qui protège le couple balancier-échappement, développé en 1933. Aujourd’hui, Emile Chouriet intègre l’Incabloc® dans ses collections et soutient la danse si chère à Philippe Braunschweig, un clin d’œil qui n’est pas pour lui déplaire.

Quand l’émotion mène la danse

Philippe Braunschweig, lors du Prix de Lausanne, en 1988 © Francette Levieux

Aider et former
Le Prix de Lausanne récompense chaque année huit jeunes lauréats - garçons et filles - et en tant que sponsor, Emile Chouriet décerne une bourse à l’un d'eux. « Il s’agit d’une bourse d’une année destinée à aider le jeune danseur à poursuivre sa formation, notamment à l’étranger », explique Sophie Depéry. Privilégiant la formation au sein de la manufacture, la marque en a également fait un mot-clé de son engagement dans le Prix de Lausanne, et elle suit ses « lauréats » au-delà de la remise de la bourse. « Notre première lauréate, Lauren Hunter, poursuit actuellement sa formation à Londres, au Royal Ballet School. Nous restons en contact avec elle. Nous avons réalisé une interview il y a quelque temps et nous allons bientôt en faire une seconde. » La jeune artiste a reçu une montre Fair Lady Ballerina, une collection spécialement créée pour l’occasion. « Nous ne pouvons pas choisir auquel des huit lauréats nous attribuons notre bourse » précise Sophie Depéry, « mais nous sommes contents que c’était une jeune fille cette année. Pourtant, si cela avait été un jeune homme, nous avons dans cette collection une montre homme que nous aurions pu lui dédier.» Emile Chouriet a également soutenu le Festival International Jeune Ballet, organisé par la Fondation Dance Area, à Genève, en mai dernier, dont le but est également de faire connaître de jeunes talents.

Quand l’émotion mène la danse

Lauren Hunter © Gregory Batardon

La marque

Tel un gène, la maison s’attache à conserver et à perpétuer les valeurs d’Emile Chouriet. Depuis toujours, l’élégance est associée à l'héritage du savoir-faire horloger genevois.

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >

Vous aimerez aussi