X
Restez à l'heure de l'actualité horlogère ! OK
×

Cette recherche est sponsorisée par Hublot

Rechercher dans :
Breguet - Reine de Naples Jour/Nuit

Breguet Reine de Naples Jour/Nuit

La montre Reine de Naples de Breguet dispose d'un tourbillon qui fait une révolution en 24 heures au lieu d'une minute.

Lorsque Abraham-Louis Breguet conçut le tourbillon qu’il fit breveter en 1801, sa construction répondait à un objectif clair. Sous l’effet de la gravité, toutes les montres sont sujettes à des erreurs de marche, que son invention cherchait à éliminer par la mise en rotation constante sur 360 degrés des éléments de l’organe réglant. Sous l’influence de l’attraction terrestre, un garde-temps portable avait tendance à prendre de l’avance dans certaines positions et à accuser un retard dans d’autres. De ce fait, la mise en rotation permanente de l’organe réglant lui permettait de passer successivement à travers toutes les positions, qu’elles provoquent une avance ou un retard, et d’égaliser les erreurs. Ce trait de génie, dont le principe était simple dans son essence, exigeait toutefois des compétences exceptionnelles de la part des horlogers attelés à sa construction. 

Néanmoins, l’efficacité reconnue de l’invention originale, qui avait établi de nouvelles normes en matière de précision, ne pourrait-elle s’accompagner de romantisme et de fantaisie ? Cette interrogation a constitué le postulat sur lequel se fonde la Reine de Naples Jour/Nuit. Elle est en effet développée autour de l’idée fondamentale d’un tourbillon dans lequel le balancier et son spiral accomplissent une révolution en 24 heures. Cependant, sa rotation ne sert pas uniquement à accroître la précision de marche, mais délivre également une représentation enchanteresse du jour et de la nuit.

Les indications respectives pour le jour et la nuit sont logiquement personnifiées par les figures du soleil et de la lune, disposées sur un disque en lapis-lazuli. La lune possède une apparence conventionnelle sous la forme d’un visage ciselé en titane, serti dans la gemme, alors que des étoiles en or sont disséminées de part et d’autre de l’astre de la nuit. De manière plus surprenante, le soleil est incarné par le balancier, bordé de nuages en nacre. Afin de mettre sa présence en valeur, sa large serge est décorée d’un motif guilloché. Le disque en lapis-lazuli qui supporte le balancier « soleil » pour les heures du jour et la lune pour les heures de la nuit accomplit une rotation en 24 heures. Une fonction complémentaire est associée à l’indication jour/nuit. Le bras supérieur qui maintient le balancier « soleil » adopte le profil d’une aiguille pour égrener les 24 heures qui entourent le disque en lapis-lazuli et délivrer une indication précise de l’heure. Hormis son rôle d’affichage additionnel, cette aiguille représente également un élément essentiel du mouvement, car elle sert de pont au balancier.

Reine de Naples Jour/Nuit

Le concept de rotation semble toujours répondre à un ordre sans équivoque : « faites-les simplement tourner ! ». Toutefois, comme c’est le cas pour tout mécanisme destiné à mettre en rotation les composants de l’organe réglant de la montre, même à la vitesse réduite d’un tour par jour, sa conception et son assemblage représentent une tâche particulièrement ardue pour les horlogers. En premier lieu, les constructeurs de Breguet devaient développer un système qui pouvait, d’une part, faire tourner le disque supportant le balancier (et, naturellement, le disque ornemental en lapis-lazuli) et, de l’autre, alimenter en énergie l’échappement de la montre. Pour concilier ces exigences, la solution a consisté à concevoir un rouage qui se scinde à partir du barillet. L’une de ses ramifications entraîne un pignon qui fait tourner le disque (considéré comme la « cage » utilisée pour imprimer un mouvement de rotation aux composants de l’organe réglant d’un tourbillon) alors que l’autre entraîne le pignon d’échappement. Dans cette configuration, le balancier est fixé à une cage en titane à cinq bras, dentée sur sa circonférence. Assurément, ni les fines dents ni les bras ne sont visibles depuis le côté cadran du mouvement.

La position inédite de la roue d’échappement au centre de la cage en rotation a donné naissance à un intéressant en- semble de défis de construction. Le premier est lié à la combinaison des mouvements : la rotation de la roue d’échappement depuis le rouage de la montre est associée à la rotation de la cage qui effectue un tour par jour. De ce fait, la conjonction des deux révolutions entraîne la « perte » d’un tour pour la roue d’échappement toutes les 24 heures. Il convenait donc de découvrir une méthode pour corriger cet écart. La solution a été trouvée en munissant la roue d’échappement de 21 dents, plutôt que de 20 ou de 15 comme le veut la tradition, et en choisissant une fréquence de 3,5 hertz.

La conception du mouvement a requis une seconde adaptation. L’emplacement du balancier guilloché est très proche de l’échappement au centre. Bien que son ancre possède la forme traditionnelle requise par un échappement à ancre suisse, elle est la plus courte actuellement montée sur une montre produite en série. De surcroît, l’échappement est aussi le plus court fabriqué par Breguet. Comme le spiral, les cornes de l’ancre inversée – une spécialité mise au point par Breguet – sont réalisées en silicium.

Reine de Naples Jour/Nuit

Du côté cadran de la montre, ces dispositifs complexes sont dissimulés afin de permettre au regard de se concentrer sur le disque de lapis-lazuli avec le soleil, la lune, les nuages, les étoiles et l’aiguille dorée des 24 heures. L’indication habituelle sur 12 heures figure sur un arc de cercle situé dans le tiers inférieur du cadran. En réalité, cette partie du tour d’heures incarne également un élément fonctionnel du mouvement, car il tient le rôle de pont supérieur pour la cage tournante. La représentation des tours de 12 et de 24 heures revêt une portée poétique par leur chevauche- ment qui dessine les contours du chiffre huit. 

Comme la création de ces complications ne devait pas se réaliser au détriment du confort, la Reine de Naples Jour / Nuit est dotée d’un remontage automatique. Le rotor en or minutieusement décoré représente une lune ciselée entourée des rayons dorés du soleil et tourne sur un palier en rubis pour remonter la montre. Afin d’obtenir une construction aussi plate que possible sans porter atteinte aux performances, l’armage se produit dans une seule direction.

La Reine de Naples Jour/Nuit est à la fois attrayante et mystérieuse sous une apparence d’une grande simplicité. Un boîtier de forme ovoïde, en or rose ou blanc, serti de diamants sur la lunette et la bordure du cadran guilloché à la main présente trois aiguilles. Lorsque la nuit succède au jour, la position du soleil et de la lune se modifie lentement en dérobant entièrement au regard de l’observateur l’existence d’un rouage scindé en deux parties, d’une fréquence particulière et de la disposition unique de la roue d’échappement. Par l’association d’affichages à la remarquable originalité et d’innovations techniques d’avant-garde, la Reine de Naples Jour/ Nuit exerce une fascination irrésistible et s’impose comme une réalisation d’exception. 

 

Vous aimerez aussi

La marque

Inspirée par un patrimoine exceptionnel d’archives, conservées en Suisse et à Paris, riche d’une tradition ininterrompue, la Maison Breguet innove sans relâche et se doit d’être toujours en avance sur son temps.

En savoir plus >

Toutes les actualités >

Contacter la marque >

Toutes les montres >